Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets

press to zoom
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets

press to zoom
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets

press to zoom
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets
Arletty Comme un oeuf dansant au milieu des galets

press to zoom
1/7

ARLETTY "Comme un oeuf dansant au milieu des galets"

de Koffi Kwahulé / 75 représentations / 7 villes / FRANCE

Avec Julia Leblanc-Lacoste

Qui est en face de nous ? Qui nous apostrophe et prend à témoin ?

Arletty ? Son double à près de 80 ans d’écart ?
Là est la performance de l’artiste, du metteur en scène et de l’écrivain.

Non qu’ils nous perdent, à quoi bon ? Mais ils nous interrogent.
Les amours, les rencontres, les déceptions, et l’amour. Le vrai, celui qui arrive une fois (ou deux ?) dans la vie.
Et qui parfois précipite dans l’abîme, comme celui d’Arletty pour Soehring. Car aimer passionnément un aviateur allemand pendant l’Occupation …
Julia Leblanc-Lacoste incarne une Arletty debout, qui relève la tête face à une sorte d’inquisiteur d’après-guerre qui la juge déjà, plutôt que d’instruire son affaire. Face à face oppressant, poisseux. La vie, l’amour, quelles qu’en soient les conséquences. Rien à justifier. Rien à demander pardon. (...)
Julia sert de façon poignante le texte de Koffi Kwahulé. « Un cadeau » confie Kristian Frédric, ému, à l’issue de la représentation de la pièce en sortie de résidence, à la salle Quintaou d’Anglet ce samedi 20 février. (...)
L’équipe des Lézards a mis au point la bande son, les lumières, les vidéos, le décor d’Arletty. Un univers dépouillé, juste, sobre qui accompagne le jeu de Julia, sans jamais l’étouffer.
Au contraire, qui démultiplie les émotions créées par le texte et l’incarnation d’Arletty et de la jeune actrice. On a alors envie de la rejoindre pour une valse. La soutenir, consoler, et prendre sa défense pour une instruction et un procès que l’on voudrait plus équitables.
Et l’on a envie de rejoindre l’œuf dansant au milieu des galets !

Atmosphère !
Allande BOUTIN Journaliste France 3

Camille
Camille

©JPGuimbretiere

press to zoom
Camille
Camille

©JPGuimbretiere

press to zoom
Camille
Camille

©JPGuimbretiere

press to zoom
Camille
Camille

©JPGuimbretiere

press to zoom
1/16
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …

© J-P Guimbretière

press to zoom
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …

© J-P Guimbretière

press to zoom
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …

© J-P Guimbretière

press to zoom
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …
Scapin ou la vraie vie de Gennaro …

© J-P Guimbretière

press to zoom
1/7
Andromaque 10-43
Andromaque 10-43

©Nicolas Descoteaux

press to zoom
Andromaque 10-43
Andromaque 10-43

©Nicolas Descoteaux

press to zoom
Andromaque 10-43
Andromaque 10-43

©Nicolas Descoteaux

press to zoom
Andromaque 10-43
Andromaque 10-43

©Nicolas Descoteaux

press to zoom
1/17
Jaz
Jaz

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
Jaz
Jaz

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
Jaz
Jaz

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
Jaz
Jaz

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
1/17
Moitié moitié
Moitié moitié

© Yannick Macdonald

press to zoom
Moitié moitié
Moitié moitié

© Yannick Macdonald

press to zoom
1/1

CAMILLE "L'art, la beauté ne peut plus me sauver"

de François Douan / 11 représentations / 4 villes / FRANCE

Avec Julie Papin, Johannes Oliver Hamm, Youri Fernandez

"Camille est l’histoire d’un amour rendu impossible par la guerre, nourri par une correspondance devenue le ciment de leur séparation. A travers elle, ils partagent les événements et leur passion commune pour l’art. Cette dernière suffira-t-elle à dépasser la tragédie qui les entoure ?

En installant les personnages dans un cube transparent et vivant qui se métamorphose en une sorte de caverne platonicienne où se reflète l’écho de la réalité et de leur passion, Kristian Fredric crée un univers singulier, esthétique, à la fois évocateur et symbolique.

Au service de la pièce, la présence rayonnante des deux excellents comédiens s’y déploie, portée par la richesse de l’environnement sonore et visuel. Le spectateur est touché par cette histoire de toujours, ému par la générosité des comédiens et la beauté de l’ensemble. A la fin, il applaudit, enthousiaste. Il a compris que cette histoire tragique est aussi la sienne. Avec son cortège d’horreur, la folie des hommes se répète inlassablement et la force de l’Art ne parviendra jamais à le sauver tout à fait."

Dominique Burucoa - Directeur Scène natioale du Sud-Aquitain)

SCAPIN OU LA VRAIE VIE DE GENNARO COSTAGLIOLA 2016

de François Douan / 55 représentations / 16 villes / FRANCE

Avec Jacques Nouard

” Jacques Nouard, convoque les acteurs de la grande époque des Gabin, Harry Baur, Michel Simon, Vanel… dans un jeu d’une époustouflante justesse. Il habite la scène, étroite jetée de bois, avec une maestria qui lui accorde la taille d’un monde, baigné dans les subtiles lumières de Yannick Anche, clair-obscur de Rembrandt, crudité des Mangeurs de pommes de terre d’un Van Gogh. Le tout est subtilement patiné, dans une création sonore (Hervé Rigaud) qui, avec délicatesse, crée cadre et situation temporelle. Un petit bijou, magistralement orchestré par Kristian Frédric.”  
Maryvonne Colombani – Zibeline

ANDROMAQUE 10-43 - 2013-2014

Adaptation de François Douan, Lionel Chiuch, Kristian Frédric /

54 représentations / SUISSE - FRANCE - CANADA

Avec Denis Lavant, Monica Budde, Jeanne De Mont, Frédéric Landenberg, Ivan Morane, Arnaud Binard

” Ce qui frappe davantage, dans cette Andromaque 10-43, c’est l’évidence contemporaine dont se pare la tragédie classique. Non seulement Racine résiste aux artefacts de notre époque, mais il les soumet à sa profondeur, à la lucidité du regard qu’il porte sur l’humain. De même, face à l’afflux d’images vidéo de toutes sortes, la présence des comédiens (Denis Lavant interprète un Pyrrhus saisissant) nous ramène à une dimensions du corps, une dimension du réel qui, elle aussi, impose la valeur de la vie et de nos élans. ”
Manuel Piolat Soleymat - LA TERRASSE.

JAZ - 2010-2011

de Koffi Kwahulé - 60 représentations - FRANCE - SUISSE - CANADA

” Un solo dur à l’esthétique à la fois raffinée et radicale, qui met le spectateur face à la barbarie et l’inhumanité dont l’être humain est capable.”
LA PRESSE MONTRÉAL

” Un fascinant objet dense et oppressant de véracité. ”
LE QUATRIÈME MONTRÉAL

Big shoot
Big shoot

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
Big shoot
Big shoot

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
big-shoot-3-nicolas-descoteaux
big-shoot-3-nicolas-descoteaux

press to zoom
Big shoot
Big shoot

© Nicolas Descôteaux

press to zoom
1/8

BIG SHOOT - 2005-2007

de Koffi Kwahulé / 66 représentations / FRANCE - CANADA

Avec Daniel Parent et Sébastien Ricard
” (…) Entouré de concepteurs québécois, Kristian Frédric offre un objet quasi parfait, une pièce d’horlogerie fine, une machinerie aux rouages impeccablement huilés. Il faut dire que la direction d’acteurs atteint une rigueur et une précision rares. Peu de metteurs en scène d’ici parviennent ou même aspirent à autant d’exactitude. Sébastien Ricard fut rarement aussi sobre, Daniel Parent, aussi sardonique (…) ”
Christian Saint-Pierre - LE VOIR – Montréal

Ya Basta
Ya Basta

© Kleeblatt

press to zoom
Ya Basta
Ya Basta

© Kleeblatt

press to zoom
Ya Basta
Ya Basta

© Kleeblatt

press to zoom
Ya Basta
Ya Basta

© Kleeblatt

press to zoom
1/21

YA BASTA 2003-2004

Adaptation d'après des textes de Jean Pierre Siméon / 21 représentations / FRANCE - LUXEMBOURG
” Dès les premiers moments de la représentation, nous sommes bousculés, interpellés : choc sonore, agressif, déstabilisant d’une musique assourdissante. Choc visuel d’un décor qui jaillit soudain du néant du plateau : un décor brutalement réaliste dans sa désespérance de bâtiment en ruine au milieu de rien, dans l’évanescence de brumes permanentes. Choc humain de personnages contrastés si typé dans leurs apparences vestimentaire – malade perfusé, « sibérien » engoncé dans sa houppelande, marié voilée, danseuse dénudée – ou l’insistance de leur maquillage surligné. ”
Stéphane Gilbart - LA VOIX DU LUXEMBOURG

La nuit juste avant les fôrets
La nuit juste avant les fôrets

© Guy Delahaye

press to zoom
La nuit juste avant les fôrets
La nuit juste avant les fôrets

© Guy Delahaye

press to zoom
La nuit juste avant les fôrets
La nuit juste avant les fôrets

© Photo affiche Enki Bilal

press to zoom
La nuit juste avant les fôrets
La nuit juste avant les fôrets

© Guy Delahaye

press to zoom
1/7

LA NUIT JUSTE AVANT LES FÔRETS 2000 à 2004

De Bernard Marie Koltès / 96 représentations / FRANCE - CANADA - POLOGNE - RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Avec Denis Lavant
” Traversé par le texte acéré de Koltès, Denis Lavant incarne cette poésie sombre. Il est l’acteur miraculeux, « l’ange au milieu de ce bordel » qui jusqu’à l’ultime image dépouillée inspirée d’une sculpture d’Ousmane Saw, donne le frisson à une salle entière.”
Frédérique Brehaut - LA MAINE LIBRE